Contenu sponsorisé

Marché des changes: Les principes de fonctionnement

Downloading prezi....

Le marché des changes est largement dominé par la City de Londres. Cette place financière représente plus du tiers des opérations de changes dans le monde, bien que le poids de Londres ait légèrement diminué entre et Gagnez argent avec la nouvelle platforme sociale de trading. Marche des changes.

Who can edit:

Gagnez argent avec la nouvelle platforme sociale de trading. Marche des changes.

Le cours à terme sont souvent établis par rapport aux cours de change au comptant. Ils sont en règle générale différents. Cela signifie que les intervenants attendent une dépréciation de cette devise. Il existe autant de taux que de termes pour lesquels des transactions peuvent être conclues.

Le taux de change à terme est calculé en ajoutant un certain montant report ou en retranchant un certain montant déport au cours comptant.

Une différence négative se retranchera du cours comptant et déterminera le cours de change à terme. Lorsque le cours à terme est supérieur à celui au comptant, il y a report.

Lorsque le cours à terme est inférieur au cours au comptant, il y a déport. Les supports utilisés sur les marchés des changes: Les acteurs sur les marchés des changes: Les banques peuvent intervenir pour leur propre compte: Les banques interviennent pour le compte de leurs clients: Certaines institutions financières ont un poids prépondérant sur le marché.

Les cambistes, en tant que responsables du traitement des devises, ont pour fonction principale de réguler les fluctuations des avoirs en devises de la banque auprès de ses correspondants. Ils gèrent les positions de change de la banque. En opérant sur les marchés des changes, une banques centrale remplit trois fonctions: Elle exécute les ordres de leur clientèle: Elle assure, sinon le contrôle, du moins la supervision du marché.

Pour être efficaces, les interventions des BC doivent être massives, coordonnées et se produire à des moments opportuns.

Ces institutions comprennent les filiales financières ou bancaires des groupes industriels. A côté de ces filiales, on trouve les investisseurs institutionnels: Leurs interventions ne sont pas simplement destinées à se procurer des devises ou à couvrir un risque de change. Elle regroupe trois catégories: Ils interviennent également pour des motifs de spéculation. Les principales activités sur le marché des changes 1- Couverture: La couverture contre le risque de change, Cette opération s'adresse principalement aux banques, aux institutions financières et aux entreprises.

Elle correspond au transfert au marché d'un risque que l'on ne souhaite plus assumer. La spéculation à la hausse consiste à acheter un bien dont la valeur doit s'apprécier dans le temps. L'opérateur espère réaliser un profit en revendant le bien à un prix supérieur au prix d'achat. La spéculation à la baisse consiste, à l'inverse, à vendre le bien s'il doit se déprécier. L'opérateur espère alors réaliser un profit en rachetant le bien à un prix inférieur à son prix de vente.

Technique consistant à repérer les imperfections de toute nature du marché mauvaise propagation désinformations, réglementations et d'en tirer profit sans aucune prise de risque.

Cette conversion se nomme opération de change. Le Marché de Change a démarré au Maroc le 3 Juin Pratique du marché de change marocain a.

Un Front-Office se doit en effet d'être à la pointe du progrès technique tant en ce qui concerne les communications, que la gestion des flux d'information ou encore les différents systèmes informatiques. C'est ici que travaillent les Cambistes qui sont généralement regroupés par activité. Le Middle-Office a deux fonctions essentielles: Le domaine a acquis une certaine importance et nécessite de fortes compétences car il s'agit à la fois de discuter avec les cambistes mais aussi de mettre en place des outils de suivi des risques et de savoir en interpréter les résultats.

C'est le secteur administratif de la Salle des Marchés où l'on effectue les paiements induits par les opérations citées plus haut. Ces paiements peuvent être de type clientèle en compte ou de type interbancaire. On y vérifie également la bonne réception des versements. On y comptabilise les opérations et dans bon nombre d'établissements on y détermine les différentes positions change et trésorerie.

Le Back-Office peut également avoir des actions de contrôle: Les avantages et limites du marché des changes marocain Avantages: L'institution du marché des changes au Maroc apporte quatre innovations majeures: Les obstacles auxquels se heurte ce marché sont loin d'être négligeables.

Ils sont d'ordre culturel, structurel et professionnel et ils interpellent l'ensemble des acteurs qui interviennent sur le marché. Il y a une tradition historique au Maroc de vivre dans un univers fortement administré.

Jusqu'au début des années 90, la vie d'un financier d'entreprise comme celle d'ailleurs d'un banquier était rythmée par la réglementation des prix et des changes ; l'encadrement du crédit, la bonification des taux d'intérêt, le financement sélectif, la tarification uniforme de l'épargne et du crédit, la fixation administrée des taux de changes Bref, tout était réglementé dans le moindre détail Les entreprises ont passé une grande partie de leur vie professionnelle dans cet univers.

Elles sont culturellement plus proches des règlements que du marché. C'est ce qui empêche d'ailleurs les trésoriers et les financiers d'entreprises de s'orienter spontanément vers la prise en compte réelle des risques financiers. L'existence d'un marché monétaire fiable et transparent est une condition au bon fonctionnement du marché des changes. Or, l'absence pour le moment d'une grille de taux des prêts et emprunts en dirham constitue un handicap pour les opérateurs qui interviennent sur le marché à terme.

En outre, les opérations de swaps sont trop peu utilisées par les banques. La déclaration gouvernementale devant le Parlement a annoncé la mise en place d'un marché des changes et d'un marché hypothécaire. Le marché des changes est à la fois l'aboutissement et l'instrument privilégié de l'internationalisation de l'économie.

Mais il est difficile de le concevoir sans un réel marché monétaire. Un marché des changes sera mis en place rapidement, a promis le Premier ministre dans le cadre de la déclaration gouvernementale. La libéralisation et la levée progressive du contrôle des changes étaient annonciatrices d'une telle décision. La convertibilité courante et la dernière circulaire de l'Office des Changes sur les comptes en devises constituaient les derniers pas vers un réel marché des changes.

Celui-ci est réclamé par différents opérateurs, il est aussi nécessaire pour drainer les capitaux étrangers au Maroc. La principale raison d'être d'un marché des changes, dans une économie libérale, est le financement des importations. Mais le commerce international n'est pas l'unique "fonction" de ce marché. Il est aussi alimenté par les transferts internationaux. Dans le cas du Maroc, c'est cet aspect qui a une certaine acuité.

Le paiement des importations, effectué par le biais de la banque centrale, a fonctionné assez normalement, si l'on excepte les années où les réserves de changes étaient si faibles que la Banque du Maroc ne pouvait faire face aux engagements des importateurs.

L'instauration d'un marché des changes assurera, peut-être, une meilleure efficience de la fonction approvisionnement dans les entreprises, mais sans que cela soit déterminant. Par contre, les investissements étrangers et le financement extérieur des entreprises et des banques nécessitent l'existence d'un marché des changes.

La situation actuelle est assez paradoxale: Les entreprises de grande taille, essentiellement celles apparentées à des groupes industriels, voient leurs possibilités de lever des capitaux domestiques, auprès des banques commerciales, réduites. Le ratio Cooke, en limitant la distribution du crédit par la division du risque, pousse ces entreprises a la recherche d'autres financements non-bancaires. L'introduction en bourse et l'appel à l'épargne publique sont une facette.

Mais les financements expérieurs sont incontournables dans cette perspective. Or, qui dit financement en devises dit risque de change. Les entreprises marocaines n'ont ni la taille requise, ni les moyens pour gérer un tel risque.

Il appartient au système financier de mettre en place des techniques de couverture du risque de change. Ces techniques sont différentes selon que l'on se place dans une perspective de marché des changes bien établi ou en chantier.

Dans un marché des changes actif, ce sont les opérateurs eux-mêmes qui se "couvrent". Tout simplement en achetant à terme les devises qu'ils doivent rembourser. Dans une situation intermédiaire, ce qui sera probablement le cas du Maroc pendant un laps de temps, la technique la plus usitée est celle des "swaps devises".

Archives du blog

Bien qu'elles soient légalement autorisées par la Banque centrale, les opérateurs n'en perçoivent pas encore l'utilité. II- Pratique du marché de change marocain.

Closed On:

Il existe autant de taux que de termes pour lesquels des transactions peuvent être conclues. Il est aussi alimenté par les transferts internationaux.

Copyright © 2015 mypictgallery.tk

Powered By http://mypictgallery.tk/